Infos
20 ans de l'association Reggae Sun Ska : Bilan avec Fred Lachaize
20 ans de l'association Reggae Sun Ska : Bilan avec Fred Lachaize

Reggae Sun Ska : les 20 ans de l’association

Ce 20 février 2015, l’association Reggae Sun Ska fête ses vingts ans. L’occasion pour nous de nous entretenir avec son directeur, Fred Lachaize.

Sorties Médocaines : Ce mois de février a été chargé pour vous. De nombreux concerts organisés pour fêter les 20 ans de l’association Reggae Sun Ska. Le public français a-t’il répondu présent lors de ces différents concerts ?

On vient de passer un 1er week-end très réussi, entre le 13 et 14 février nous avions 6 événements dont une grosse soirée à la salle Bellegrave sur la commune de Pessac.
Sur l’ensemble des événements qui se déroulaient en Aquitaine nous avons rassemblé plus de 2500 personnes, ce qui est une très très bonne chose. Pessac, La Teste de buch , Urrugne, Bayonne, Bordeaux, St Denis de Pile à côté de Libourne, c’était une très belle programmation et le public a répondu présent, Pessac était même complet.

Sorties Médocaines : Ce 20 février, ce sera le retour à Cissac, avec un gros concert, là où tout a commencé et, hasard du calendrier, le jour où tout a commencé. Comment appréhendes-tu ce concert ?

Je l’appréhende très très bien, c’est une salle que nous connaissons bien, que nous avons longtemps pratiqué, c’est mon village, c’est le village d’origine de l’association, où est basé son siège social, donc on l’appréhende extrêmement bien, on sait que tous les potes vont être présents, les groupes ont répondu présents, ce qui est plutôt une bonne chose et ça va être une très belle fête des 20 ans.

Sorties Médocaines : En 2014, le festival Reggae Sun Ska s’est vu obligé de se délocaliser sur la CUB et, pour ne pas « délaisser » les médocains, vous aviez mis en place un nouveau festival (le « Summer Médoc Festival ») qui n’a malheureusement pas rencontré le succès escompté. Comment analyses-tu cette absence du public ? Penses-tu que les médocains ont voulu vous lancer un message suite au déménagement du festival ?

Je pense qu’il y a plusieurs choses, premièrement le Summer Médoc Festival a été légèrement parachuté car nous avons eu une réponse tardive de la part des partenaires et l’évènement s’est lancé de manière très tardive.

Un nouvel événement, un retour malgré tout à Cissac, et une programmation peut-être un peu mitigée : des artistes comme Ayo un peu sur le descendant à ce moment-là, Fréro Delavega qui n’ont pas encore sorti leur album, puisqu’il sort une semaine plus tard, ils seront disque d’or un mois plus tard mais on les a fait peut être un peu trop tôt. Et Sinsemilia qui était sur l’année 2014 un peu en redescente aussi puisque leur nouvel album sort au mois de Mars, je pense que dans la programmation on n’a pas été bons.
Le climat, puisque c’était une journée pluvieuse, nous sommes passés au travers des gouttes sur cette soirée cissacaise, il a quand même un petit peu plu, mais bon c’est un ensemble.

Et puis je pense qu’après bien sûr peut être qu’à un moment les médocains ont un peu boudé l’événement mais la programmation n’était pas 100% reggae en fait sur cet événement, donc le public reggae avait du mal à s’y retrouver.
Je pense qu’il y a une espèce d’accumulation.

Par contre ce qui est sûr c’est que nous avons retrouvé cette ambiance que l’on avait il y a une dizaine d’année sur le stade de Cissac, avec un esprit extrêmement « famille », c’est ce que nous voulions mettre en avant sur cet événement, et ça par contre c’est un pari réussi.

Sorties Médocaines : Le festival restera encore, au minimum, 2 années sur le Campus de Pessac mais on connait ta volonté de ne pas oublier le Médoc et de vouloir un retour sur notre territoire. Que peut-on déjà dire aux médocains sur les projets futurs de l’association (tant au niveau des manifestations dans le Médoc qu’au sujet du festival) ?

Le départ du festival du Médoc est lié, à un moment, à une carence en matière de qualité d’accueil du public, et des limites au niveau sécuritaire.

On l’a vu : évacuer 18 000 personnes avec des parkings à 6km, avec des infrastructures temporaires, avec une proximité de la Gironde créé d’énormes risques sur lesquels nous n’avons pas voulu repartir une année supplémentaire.
Nous avons sollicité à ce moment là les partenaires institutionnels et les partenaires médocains, certains ont répondu et d’autres non. Le contexte électoral n’a pas arrangé les choses, je ne le cache pas.
Donc il a fallu trouver vite une solution, et nous en sommes arrivés au campus puisqu’à ce moment le Conseil Régional et la Métropole nous ont tendu la main pour pouvoir nous accueillir sur le domaine universitaire.

Nous n’avons jamais malgré tout baissé les bras pour trouver des solutions et trouver un site durable sur ce territoire médocain. Ce sont des discussions qui sont encore d’actualité.
Par contre ce qu’on nous demandons c’est que le dossier soit pris en charge et travaillé avec nous à l’échelle de l’ensemble du territoire.

Nous sommes sur un projet fédérateur sur ce territoire, nous sommes sur un projet culturel mais pas uniquement, loin de là, puisque nous sommes quand même sur un projet économique, sur un projet de développement touristique, un projet qui fédère d’énormes retombées sur le territoire, qui nécessite – de fait – de ne pas revenir avec des conditions négligées :

  • la qualité d’accueil des festivaliers doit être là
  • la qualité et les possibilités d’accès doivent être là
  • les conditions sécuritaires doivent être remplies pour pouvoir respecter le cahier des charges…
  • enfin on n’implante pas et on ne réimplante pas un événement comme ça…

Donc voilà nous sommes toujours bien évidemment en train de chercher des solutions.

Sorties Médocaines : Aujourd’hui vous fêtez les 20 ans de l’association Reggae Sun Ska mais en 20 ans, vous avez bien grandi et vous êtres diversifiés. Tu peux nous en dire un peu plus sur ces différentes structures ? Quelle était votre volonté pour leurs créations ?

Quand nous avons créé l’association en 1995, celle-ci s’est fondée pour développer les Musiques Actuelles sur le territoire médocain.

Au bout d’un moment, nous avons créé plusieurs événements dont le Reggae Sun Ska. Ce dernier s’est développé et a eu une année malheureuse à Cussac-Fort-Médoc ce qui fait que nous avons dû rebondir.

Il a fallu a partir de là trouver et développer des activités, et dans les activités en question nous avons travaillé sur l’accompagnement artistique, la vente de spectacles, qui nous permettait de générer de la trésorerie sur des moments creux au niveau de la structures.

Cette vente de spectacles s’est énormément développée parce que nous avons accompagné des groupes qui ont explosé en Europe. Je pense à des groupes comme Groundation, Danakil, qui sont des têtes d’affiches mondialement reconnues maintenant.
Au bout d’un moment nous avons aussi accompagné certains des projets par des sorties de disque, et du coup pour avoir une meilleure lisibilité auprès de nos partenaires publics, ces derniers nous ont demandé en 2008 de scinder nos activités.

Et c’est comme ça que l’association Reggae Sun Ska est restée sur le développement du festival, que Music’Action Prod s’est orientée sur tout le volet booking, sous forme d’une société : vente de spectacles et production de concerts en France.
Et également Soulbeats Records qui est une société, une petite maison de disque.

A partir de là nous avons développé les activités avec des équipes propres à chaque structure et la mise en place d’une structuration propre à chaque structure. Ces dernières au bout d’un moment, ont été fédérées sous l’entité M’Agie qui est un groupement d’intérêt économique (GIE). C’est-à-dire que nous sommes sur un montage structurel pilote et nous sommes les premiers en Aquitaine à avoir ce type de montage au niveau culturel.
Le GIE, lui, fédère les moyens, qu’ils soient à la fois humains (mutualisation des emplois), qu’ils soient en matière de bureaux, qu’ils soient en matière de matériels, de photocopieurs, toutes ces choses là.

L’idée c’était de mutualiser pour réaliser des réductions d’échelle. Mais peut-être qu’à ce moment là nous n’avons pas énormément communiqué sur l’ensemble de nos activités et ce qu’il faut savoir c’est que l’ensemble du groupement d’intérêt économique représente quand même l’équivalent de 7 millions d’euros de chiffre d’affaire répartis sur le Reggae Sun Ska pour la moitié et l’autre moitié est relative à la production de spectacle et également aux sorties de disques donc nous avons une activité quand même très forte et nous n’avons pas que le Reggae Sun Ska, c’est ce dont les locaux des fois ne se rendent pas compte.

Sorties Médocaines : Le 20 février, ce sera donc la fête à Cissac. A quoi doit-on s’attendre?

Je pense qu’on peut s’attendre le 20 février à une très belle soirée, on est super contents, tous les vieux potes viennent exprès pour l’occasion, les groupes c’est pareil, c’est vraiment que des potes qui sont présents aussi donc ça va être une belle fête, dans un bel esprit, et surtout un grand moment de soutien pour le Reggae Sun Ska parce que, j’y reviens, ce sont des concerts de soutien pour l’association du festival et tout le monde joue le jeu à cette occasion.

Sorties Médocaines : Pour vos 20 années de succès, que peut-on vous souhaiter ?

Je pense qu’on peut souhaiter une longue vie au festival, je pense qu’on peut souhaiter malgré tout des félicitations à toute l’équipe qui m’entoure depuis de nombreuses années, que ce soit les bénévoles, le bureau de l’association, et également les salariés permanents puisque sur l’ensemble des structures on est quand même 12, il y a des gens extrêmement fidèles depuis très longtemps, des gens qui travaillent énormément, qui ne comptent pas leurs heures pour certains, parce que tout le monde souhaite continuer l’aventure Reggae Sun Ska, l’aventure Music’Action Prod, l’aventure Soulbeats…
Nous avons une équipe extrêmement forte, extrêmement soudée, et longue vie quoi, c’est tout ce qu’on peut dire !

Nous tenions à remercier Fred pour cet échange et vous pouvez en savoir plus sur ce concert du 20 février 2015 ainsi que sur le Reggae Sun Ska en :

Propos recueillis par Dimitri C. pour Sorties Médocaines

A voir aussi ...

Thomas Azouz - Directeur de l'association Semaine de l'Art

Interview de Mr Azouz, directeur de la Semaine de l’Art à Pauillac

Interview de Monsieur Thomas Azouz, directeur de l’association « La Semaine de l’Art », réalisée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *